ministre

ÔĽŅ
ministre

ministre [ ministr ] n. m.
‚ÄĘ XIIe; lat. minister ¬ę serviteur ¬Ľ
I ♦ Vx ou spécialt Celui qui est chargé d'une fonction, d'un office.
1 ‚ô¶ (XVIe) Relig. Celui qui a la charge (du culte divin), agit au nom de Dieu. ‚áí eccl√©siastique, pr√™tre. L'aum√īnier, ministre du culte dans une communaut√©.
‚ôĘ Sp√©cialt (XVIe) Pasteur protestant.
2 ♦ Vx Personne qui est chargée d'une fonction, d'un office, personne qu'on utilise pour l'accomplissement de qqch. ⇒ serviteur.
II ‚ô¶ (XVIIe) Ministre d'√Čtat, et absolt ministre. ‚ÄĒ REM. Le f√©minin la ministre, grammaticalement correct, commence √† √™tre employ√©.
1 ‚ô¶ Anciennt Chef d'un grand service public permanent. Louvois, ce grand ministre.
2 ‚ô¶ N. m. et f. Mod. Agent sup√©rieur du pouvoir ex√©cutif; homme ou femme d'√Čtat plac√©(e) √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel ou minist√®re. Nomination d'un ministre. Fonction de ministre. ‚áí minist√®re, portefeuille. Madame la ministre ou Madame le ministre. ¬ę D√©put√© demain, apr√®s-demain je puis √™tre ministre et alors je te prends √† mon cabinet ¬Ľ (Aragon). Ensemble des ministres. ‚áí cabinet, gouvernement, minist√®re. D√©cret pris en Conseil des ministres. Ministre de l'√Čducation nationale (grand ma√ģtre de l'Universit√©), des Finances, de l'Int√©rieur. Un ancien ministre. ‚ÄĒ Premier ministre : chef du gouvernement (en r√©gime parlementaire), nomm√© par le pr√©sident de la R√©publique. ¬ę les opposants politiques dont la premi√®re ministre ¬Ľ (Le Monde, 1998). Ministre sans portefeuille : membre du cabinet qui n'est pas √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel. Ministre d'√Čtat : ministre sans portefeuille. Ministre de tutelle. Ministres et secr√©taires d'√Čtat. ‚ÄĒ Au Canada, Chef du gouvernement et chef du Conseil des ministres (chef du parti politique majoritaire √† l'Assembl√©e nationale, ou d'une coalition).
‚ôĘ Par appos. Bureau ministre : bureau plat de grande taille, √† tiroirs lat√©raux. Papier ministre, de format officiel.
‚ôĘ Loc. fam. Un courrier de ministre, tr√®s abondant.
3 ‚ô¶ Dr. internat. Agent diplomatique de rang imm√©diatement inf√©rieur √† celui d'ambassadeur et charg√© de repr√©senter son gouvernement √† l'√©tranger. Ministre pl√©nipotentiaire. Ministre conseiller dans une ambassade. ‚ÄĒ Ministre r√©sident : agent de la troisi√®me classe (apr√®s les ministres pl√©nipotentiaires et avant les charg√©s d'affaires).

‚óŹ ministre nom (latin minister, -tri, serviteur) Membre du gouvernement d'un √Čtat √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel. Petit passereau d'Am√©rique du Nord, au m√Ęle bleu, √† la femelle terne, souvent √©lev√© en voli√®re. ‚óŹ ministre (citations) nom (latin minister, -tri, serviteur) Victor Hugo Besan√ßon 1802-Paris 1885 Bon app√©tit, Messieurs ! √Ē ministres int√®gres ! Conseillers vertueux ! Voil√† votre fa√ßon De servir, serviteurs qui pillez la maison. Ruy Blas, III, 2, Ruy Blas Jean-Fran√ßois Paul de Gondi, cardinal de Retz Montmirail 1613-Paris 1679 Il n'y a rien de si f√Ęcheux que d'√™tre le ministre d'un prince dont l'on n'est pas le favori. M√©moires Jean-Fran√ßois Paul de Gondi, cardinal de Retz Montmirail 1613-Paris 1679 [‚Ķ] Il sied encore plus mal √† un ministre de dire des sottises que d'en faire. M√©moires ‚óŹ ministre (difficult√©s) nom (latin minister, -tri, serviteur) Genre L'emploi du mot au f√©minin est d√©sormais admis en France, m√™me dans l'usage protocolaire : Mme la ministre de la D√©fense. La ministre du Budget. Remarque Dans les autres pays francophones, notamment en Belgique, au Canada et en Suisse, l'emploi de ministre au f√©minin est admis depuis longtemps. Orthographe 1. On √©crit : le ministre des Affaires √©trang√®res, le ministre de l'Int√©rieur, le ministre de la Sant√©, etc., avec la majuscule au compl√©ment, comme pour minist√®re. - On √©crit : le Premier ministre avec une majuscule √† premier et une minuscule √† ministre. 2. Ministre reste toujours au singulier dans les quelques locutions o√Ļ il est employ√© en apposition : des bureaux ministre, des papiers ministre. ‚óŹ ministre (expressions) nom (latin minister, -tri, serviteur) Bureau ministre, qui a une s√©rie de tiroirs superpos√©s de chaque c√īt√©, de la table au sol. Ministre d'√Čtat, ministre sans portefeuille nomm√© pour des raisons d'√©quilibre politique ; titre honorifique attribu√© √† certains ministres en raison de leur personnalit√© ou de l'importance que l'on veut donner √† leur domaine ; sous l'Ancien R√©gime, membre du Conseil d'en haut. Ministre d√©l√©gu√©, charg√© d'exercer pour le compte du Premier ministre certaines des missions de ce dernier. Ministre g√©n√©ral, sup√©rieur g√©n√©ral des Fr√®res mineurs. Ministre des sacrements, dans l'√Čglise catholique, personne habilit√©e √† administrer un sacrement. Papier ministre, synonyme de papier telli√®re. P√®re ministre, religieux charg√©, dans certains ordres (j√©suites), de l'administration temporelle. Premier ministre, le chef du gouvernement, dans certains r√©gimes parlementaires. ‚óŹ ministre (synonymes) nom (latin minister, -tri, serviteur) Papier ministre
Synonymes :
- papier tellière
‚óŹ ministre nom masculin Vieux. Pasteur de l'√Čglise r√©form√©e. ‚óŹ ministre (expressions) nom masculin Ministre du culte, en droit fran√ßais, personne reconnue comme repr√©sentant officiel d'une √Čglise.

ministre
n.
d1./d n. m. Membre du gouvernement qui dirige un ensemble de services publics. Ministre des Finances. Les délibérations du Conseil des ministres. Madame le ministre de l'Industrie.
‚ÄĒ n. (Qu√©bec) Madame la ministre.
‚ÄĒ Ministre d'√©tat: titre honorifique attribu√© √† certains ministres qui entrent au gouvernement en fonction de leur personnalit√© ou de leur repr√©sentativit√©.
‚ÄĒ Ministre sans portefeuille, qui fait partie du gouvernement sans √™tre √† la t√™te d'un minist√®re.
|| Premier ministre: chef du gouvernement.
d2./d n. m. Agent diplomatique de rang inférieur à celui d'ambassadeur. Ministre plénipotentiaire.
d3./d n. m. (En appos.) Papier ministre, de grand format.
‚ÄĒ Bureau ministre, de grande taille.
d4./d n. m. RELIG Ecclésiastique. Ministre du culte.
|| Pasteur protestant.
d5./d n. m. (France rég.) Syn. de chat (sens 1).

‚áíMINISTRE, subst. masc.
A. ‚ÄĒ Vieilli. Celui qui est charg√© de remplir une fonction, un office, d'ex√©cuter une t√Ęche pour le service de quelqu'un, d'accomplir le dessein d'autrui. S'il [le pouvoir] n√©glige de l√©gitimer sa puissance, en l'employant √† faire r√©gner les lois naturelles ou divines des soci√©t√©s, il cesse d'√™tre le ministre de la bont√© de Dieu sur les hommes, et il n'est plus que l'instrument de sa justice (BONALD, L√©gisl. primit., t.1, 1802, p.147). Ma visite fut un trait de lumi√®re pour la comtesse qui voulut voir en moi le ministre des vengeances du comte (BALZAC, Gobseck, 1830, p.427). Un officier accourut √©levant un papier au-dessus de sa t√™te: Arr√™te! cria-t-il au bourreau. L'officier s'approcha, monta sur l'√©chafaud, et remit une c√©dule imp√©riale aux ministres de la justice (M√ČRIM√ČE, Faux D√©m√©trius, 1853, p.196):
‚ÄĘ 1. ... ces mots [Chirurgie, Chirurgiens] sonnent bien diff√©remment aux oreilles selon les heures (...). Tant√īt c'est une science, un art, une profession qu'ils signifient √† l'esprit. Mais tant√īt c'est le path√©tique le plus intense qui s'y attache. Vous √™tes les ministres les plus entreprenants de la volont√© de vivre. Mais aussi vous faites trembler.
VAL√ČRY, Vari√©t√© V, 1944, p.44.
‚ÄĒ RELIG. Pr√™tre d'une religion, consid√©r√© comme interm√©diaire entre la divinit√© et les croyants et charg√© de c√©l√©brer le culte divin. Ministre du culte. Dieu a √©tabli Mahomet son ministre sur la terre; il lui a livr√© le monde pour soumettre par le sabre celui qui refuse de croire √† sa loi (VOLNEY, Ruines, 1791, p.167). Les pr√™tres sont, √† proprement parler, les ministres de la Providence, interpr√®tes tour √† tour de ses volont√©s vis-√†-vis de nous et de ses d√©sirs aupr√®s d'elle (J. SIMON, Relig. natur., 1856, p.353). Dans chaque commune, les √©tablissements sont plac√©s sous le contr√īle du maire, mais aussi des ministres du culte (cur√©, pasteur ou rabbin) (Encyclop. √©duc., 1960, p.21).
‚ô¶RELIG. CATH. Pr√™tre, religieux charg√© des fonctions sacerdotales, de c√©l√©brer le culte, de propager la foi, d'administrer les sacrements, de remplir une fonction √† titre de serviteur du Christ et de l'√Čglise. Ministres des autels. L'√Čglise dont je suis le ministre (DUPANLOUP, Journal, 1876, p.45). Il [le cur√© de Lourdes] se prit √† croire aveugl√©ment en elle [Bernadette] (...). Pourquoi √©carter le miracle...¬†? Ce n'√©tait pas √† un ministre de la religion, si prudent f√Ľt-il, qu'il appartenait de faire l'esprit fort, lorsque des populations enti√®res s'agenouillaient (ZOLA, Lourdes, 1894, p.35):
‚ÄĘ 2. Le ministre de Dieu, qui t'attend au confessionnal, ne te demande, lui, que quelques larmes pour laver toutes les souillures de ton √Ęme; car il tient son pouvoir du Ma√ģtre de la bont√© infinie, qui, sur le Calvaire, pardonnait au larron repenti et lui ouvrait, par surcro√ģt, le splendide chemin du Paradis et de la vie √©ternelle.
COPP√ČE, Bonne souffr., 1898, p.189.
SYNT. Ministre de J√©sus-Christ, de l'√Čvangile, de la parole de Dieu; ministre de la religion; ministre de l'√Čglise.
Absol. L'héritier d'un petit patrimoine, un ministre de campagne, un rentier tranquille peuvent calculer ce qu'ils ont (SENANCOUR, Obermann, t.2, 1840, p.107):
‚ÄĘ 3. ... je tenais les cur√©s pour des b√™tes curieuses; bien qu'ils fussent les ministres de ma confession, ils m'√©taient plus √©trangers que les pasteurs, √† cause de leur robe et du c√©libat.
SARTRE, Mots, 1964, p.82.
‚ô¶RELIG. R√ČFORM√ČE et PROTESTANTE. Ministre (du Saint √Čvangile), (de la parole de Dieu). Celui qui fait le pr√™che et est charg√© des fonctions relatives au culte. Ministre calviniste, anglican. [Le] docteur Young, ministre de l'√Čglise anglicane, dont la fille mourut √† Montpellier (CR√ąVECOEUR, Voyage, t.2, 1801, p.281). L'un de ces hommes (...) portait l'habit noir et la chevelure ronde des ministres luth√©riens (HUGO, Han d'Isl., 1823, p.147):
‚ÄĘ 4. Cela seulement, et les all√©es et venues de trois ministres protestants, reconnaissables √† la longue redingote noire, au petit collet blanc (...) valait-il la peine d'avoir quitt√© le d√©licieux Paris d'√©t√©...?
BOURGET, √Čt. angl., 1888, p.114.
B. ‚ÄĒHomme d'√Čtat charg√© d'administrer les affaires publiques. Les ministres sont toujours Sully et Colbert (CHATEAUBR., M√©m., t.3, 1848, p.285). V. minist√©riel ex. 3.
1. HIST. Sous l'Ancien Régime, délégué de l'autorité royale chargé par le roi du gouvernement du pays. Synon. principal ministre:
‚ÄĘ 5. Les inimiti√©s de coll√©ge sont les plus durables et les plus envenim√©es. Richelieu, devenu cardinal et ministre, fit br√Ľler vif, comme sorcier, Urbain Grandier, pour lui avoir disput√© une th√®se dans sa licence de Sorbonne.
BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.309.
2. Mod. Personnalit√© choisie par le chef du gouvernement pour √™tre membre du gouvernement, administrer les affaires de l'√Čtat √† la t√™te d'un minist√®re en √©tant responsable ou non devant le Parlement selon que le r√©gime est parlementaire, pr√©sidentiel ou conventionnel. Ministre de l'√Čducation Nationale, de la Marine, de la Guerre, des Affaires √Čtrang√®res, des Finances. V. minist√®re ex. 10, minist√©riel ex. 3:
‚ÄĘ 6. Il se peut que (...) la bourgeoisie d'Italie, d'Allemagne, de Belgique, soit conduite √† √©tendre les droits constitutionnels du peuple, √† revendiquer la pl√©nitude du suffrage universel, la v√©rit√© du r√©gime parlementaire, la responsabilit√© des ministres devant le Parlement.
JAUR√ąS, √Čt. soc., 1901, p.XXXII.
Rem. On dit Madame le Ministre √† une femme ministre, et Monsieur le Ministre √† un secr√©taire d'√Čtat.
‚ô¶Conseil des ministres. S√©ance p√©riodiquement tenue par l'ensemble des ministres se r√©unissant sous la pr√©sidence du chef du gouvernement sous les IIIe et IVe R√©publiques, et du chef de l'√Čtat depuis 1958. (Ds Ac. 1935, Lar. Lang. fr.).
‚ô¶Ministre d'√Čtat, ministre sans portefeuille. Avant 1958, ministre sans portefeuille appel√© √† si√©ger au gouvernement en raison de sa personnalit√© propre ou d'un dosage politique au sein de l'ex√©cutif, mais qui n'est pas plac√© √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel et qui, sous la Restauration, l'Empire et la IIIe R√©publique, √©tait plus particuli√®rement charg√© des rapports du gouvernement avec les Chambres. Tout √©tait pris, m√™me la pr√©sidence de la Cour des comptes, et les ministres d'√Čtat n'√©taient point encore imagin√©s (REYBAUD, J.Paturot, 1842, p.387). Le titre de ¬ęministre d'√Čtat¬Ľ rev√™t un caract√®re honorifique; il peut s'appliquer en particulier aux ministres d√©tenant leurs attributions de d√©l√©gations du chef du gouvernement (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.86):
‚ÄĘ 7. Madame de Montcalm m'avait dit de la part de son fr√®re qu'il n'y avait plus de minist√®re vacant; mais que si mes deux amis voulaient entrer au conseil comme ministres d'√Čtat sans portefeuille, le Roi en serait charm√©, promettant mieux pour la suite.
CHATEAUBR., Mém., t.3, 1848, p.43.
‚ô¶Premier ministre. Chef de gouvernement; sous la Constitution de 1958, celui qui, nomm√© par le Pr√©sident de la R√©publique, est charg√© de constituer le gouvernement dont il est le chef et qui √† ce titre poss√®de la direction g√©n√©rale des affaires de l'√Čtat. Synon. (sous les IIIe et IVe R√©publiques) Pr√©sident du Conseil:
‚ÄĘ 8. Un premier ministre n'a pas des coll√®gues; il a des commis. Toutes les affaires importantes il les √©voque, les accapare, les d√©cide sans les ministres sp√©ciaux, quelquefois contre les ministres sp√©ciaux. On voudrait se r√©volter; on ne le peut pas: la vie du cabinet d√©pend de la parole, du talent, de l'influence de ce chef de file...
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.385.
P. métaph. Nanon, laquelle en sa qualité de premier ministre de Grandet prenait parfois une importance énorme aux yeux d'Eugénie et de sa mère (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.85).
♦Région. (Canada). Sous-ministre.
‚ô¶Vice-ministre.
C. ‚ÄĒDR. INTERNAT. Agent diplomatique de haut rang. Vous avez assur√©ment de belles connaissances √† Ath√®nes? ‚ÄĒ Je connais le ministre d'Angleterre (ABOUT, Roi mont., 1857, p.100). Le 5 juin, j'ai remis au ministre des √Čtats-Unis au Caire une note destin√©e √† son gouvernement (DE GAULLE, M√©m. guerre, 1954, p.421).
‚ô¶Ministre pl√©nipotentiaire. Agent diplomatique de rang imm√©diatement inf√©rieur √† celui d'ambassadeur, qui repr√©sente, muni des pleins pouvoirs, son gouvernement aupr√®s d'un gouvernement √©tranger et dirige la l√©gation dans les pays o√Ļ n'existe pas d'ambassade. Alfred: (...) je suis nomm√©, √† compter d'aujourd'hui, je crois, ministre pl√©nipotentiaire √† Bade (DUMAS p√®re, Ang√®le, 1834, III, 1, p.158):
‚ÄĘ 9. ... le marquis de Norpois (...) avait √©t√© ministre pl√©nipotentiaire avant la guerre et ambassadeur au seize mai, et, malgr√© cela, au grand √©tonnement de beaucoup, charg√© plusieurs fois, depuis, de repr√©senter la France dans des missions extraordinaires...
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.434.
♦Ministre résident. Agent diplomatique de rang inférieur à celui de ministre plénipotentiaire. Entre catégories d'agents, selon un classement descendant des ambassadeurs ou légats pontificaux aux ministres plénipotentiaires, puis aux ministres résidents et enfin aux chargés d'affaires (CHAZELLE, Diplom., 1962, 25).
REM. 1. Ministraille, subst. f√©m., p√©j. Ensemble des ministres. Jean-Jacques (...) croyait triompher: la ¬ęministraille¬Ľ allait faire naufrage, Voltaire aussi, qui, bien entendu, √©tait, √† ses yeux, le responsable de toutes ces mis√®res (GU√ČHENNO, Jean-Jacques, 1952, p.171). 2. -ministre, 2e √©l√©m. de compos. a) Bureau(-)ministre, (Bureau ministre, Bureau-ministre)subst. masc. Bureau de grande taille √† deux s√©ries de tiroirs lat√©raux. Elle commen√ßa ainsi son histoire: Ma premi√®re habitation fut sous un bureau ministre, entre les tiroirs qui descendaient jusqu'√† terre (BARR√ąS, Enn. Lois, 1893, p.140). Un grand bureau-ministre surcharg√© de paperasses (COURTELINE, Gend. sans piti√©, 1899, 1, p.143). Par une fantaisie subite, elle s'√©tendit sur le parquet, (...). Elle voyait ainsi le dessous d'un bureau ministre, les pieds contourn√©s de ce meuble √©l√©gant (GREEN, Malfaiteur, 1955, p.230). b) Papier(-)ministre, (Papier ministre, Papier-ministre)subst. masc. Papier de format sp√©cial, mesurant quarante-quatre centim√®tres de long sur trente-trois centim√®tres de large, de tr√®s belle qualit√©. Envoyez-moi deux ou trois feuilles de papier ministre, √† p√©tition, avec enveloppe ad hoc (SAND, Corresp., t.4, 1861, p.248). [Le sous-pr√©fet] ouvre sur ses genoux sa grande serviette de chagrin gaufr√© et en tire une large feuille de papier ministre (A. DAUDET, Lettres moulin, 1869, p.133). Il √©crivit quelques lignes sur du papier ministre, mit sa lettre dans une enveloppe ministre et suscrivit (VERLAINE, Ňíuvres posth., t.1, Hist. comme √ßa, 1896, p.359). Le papier telli√®re ou papier ministre est ainsi nomm√© parce qu'il fut fabriqu√© la premi√®re fois pour les bureaux de Letellier, ministre de Louis XIV, et employ√© pour l'impression des circulaires et autres imprim√©s des grands bureaux (E. LECLERC, Nouv. manuel typogr., 1932, p.550). 3. Ministre(-), (Ministre , Ministre-)(-)ministre, (ministre, -ministre)√©l√©m. de compos. √Čl√©ment entrant dans la constr. de subst. masc., l'autre √©l√©m. √©tant un subst. √©voquant une autre fonction institutionnelle et le compos√© signifiant que la personne consid√©r√©e est √† la fois ministre et ce que l'autre √©l√©m. signifie. D√©put√©-ministre. Quels furent les derniers s√©nateurs ministres pendant cette sombre Ve? Pisani, Faure. Ah, ce cher Edgar! (Le Nouvel Observateur, 19 mai 1969, p.19, col.1). Les immeubles collectifs r√©alis√©s sous l'impulsion de Jean Royer, le ministre-maire de la ville (Le Point, 22 oct. 1973, p.97, col. 2). 4. Ministre, subst. masc., ornith. Synon. de passerine bleue (v. passerine B).Le Ministre (...) Cet oiseau, appel√© Veuve bleue ou Linotte bleue, vit en Am√©rique du Nord (...). Le Ministre m√Ęle a un plumage brillant, bleu clair, nuanc√© de vert. Le cou et la t√™te sont plus sombres, les ailes brunes √©galement bord√©es de bleu; les pattes brun clair (Ph. DE WAILLY, L'Amateur des oiseaux de cage et de voli√®re, Paris, J.-B. Bailli√®re et fils, 1964, p.213).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. √Čtymol. et Hist. 1. 1re moiti√© XIIe s. ¬ęcelui qui accomplit une t√Ęche au service de quelqu'un¬Ľ (Psautier Oxford, √©d. Fr. Michel, 103, 5); 2.1174-76 ¬ęcelui qui est au service du roi, en d√©tient quelque chose¬Ľ (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, √©d. E. Walberg, 2432); d'o√Ļ a) 1509 ¬ęconseiller d'un souverain¬Ľ (LEMAIRE DE BELGES, L√©gende des V√©nitiens, √©d. J. Stecher, t.3, p.400); 1611 ministres du Roy (COTGR.); 1671 ministre d'√Čtat (POMEY); 1861 papier ministre (SAND, loc. cit.); b) 1683 ¬ęenvoy√© d'un gouvernement aupr√®s d'un gouvernement √©tranger¬Ľ (BOSSUET, Marie-Th√©r√®se d'Autriche, √©d. J. Truchet, p.216); 1834 ministre pl√©nipotentiaire (DUMAS p√®re, loc. cit.). 3. 1174-76 ¬ęcelui qui est au service de Dieu¬Ľ (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, op. cit., 5483); ca 1250 menistre ¬ęcelui qui a la charge du culte divin¬Ľ (R√®gle cistercienne, 416 ds T.-L.); sp√©c. dans la relig. protestante 1527 ministre de l'√Čvangile (HERMINJARD, II, p.59 d'apr. W. RICHARD ds Romanica Helvetica t.57, p.118); 1536 ministre (PIAGET, p.288, ibid.). Empr. au lat. minister, -tri, form√© d'apr. magister auquel il s'oppose, ¬ęserviteur/ma√ģtre¬Ľ (v. ERN.-MEILLET), ¬ęserviteur, domestique¬Ľ, ¬ęserviteur (d'un dieu)¬Ľ, ¬ęinstrument, agent¬Ľ, ¬ęinterm√©diaire¬Ľ, lat. chr√©t. au plur. ¬ęserviteurs de Dieu (des anges)¬Ľ (d√©but IVes. ds BLAISE Lat. chr√©t.), ¬ęserviteurs de Dieu, de la religion¬Ľ (fin IVes., ibid.), √©galement att. en lat. tardif ¬ędignitaire du palais royal¬Ľ (663 ds NIERM.), ¬ęofficier public¬Ľ (VIIIe-IXe s. ds ST. SCOONES, Les Noms de quelques officiers f√©odaux, p.132, note 8). Fr√©q. abs. litt√©r.: 8959. Fr√©q. rel. litt√©r.: XIXe s.: a) 20137, b) 8375; XXe s.: a) 11266, b)9653.
D√ČR. Ministresse, subst. f√©m., fam. √Čpouse de ministre. Il r√©pond quelquefois aux √©pigrammes de son ministre, et la ministresse l'admire (STENDHAL, L. Leuwen, t.2, 1836, p.303). Pas plus tard qu'il y a huit jours je mets sur Lohengrin la ministresse de l'Instruction Publique. Elle me r√©pond: ¬ęLohengrin? Ah! oui, la derni√®re revue des Folies-Berg√®res, il para√ģt que c'est tordant¬Ľ (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.605). ‚ÄĒ []. ‚ÄĒ 1res attest. a) ca 1380 ¬ęservante¬Ľ (JEHAN DES PREIS, Geste de Liege, 20424 d'apr. A. SCHELER, Glossaire philologique ds M√©m. de l'Ac. royale des sciences, t.44, p.201), 1660 (OUDIN Fr.-Esp.), b)1619 ¬ęfemme d'un ministre protestant¬Ľ ([F. GARASSE], Le Rabelais reform√© par les ministres, 205 ds QUEM. DDL t.20), att. chez cet aut., puis 1782 ¬ęfemme de ministre¬Ľ ([B. DE GUEMADEUC], L'Espion d√©valis√©, 62-63 ds QUEM. DDL t.26); de ministre, suff. -esse.
BBG. ‚ÄĒMACK. t.1 1939, p.68. ‚ÄĒ QUEM. DDL t.1, 5 (s.v. ministresse); 11. ‚ÄĒ RICHARD (W.) 1959, p.92, 111; pp.116-119; p.123, 126, 248.

ministre [ministʀ] n. m. et f.
√ČTYM. V.¬†1175; lat. minister ¬ę serviteur ¬Ľ.
‚ĚĖ
‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ
I N. m. Vx ou spécialt. Celui qui est chargé d'une fonction, d'un office.
1 Relig. Celui qui a la charge (du culte divin), qui agit au nom de Dieu (dans le christianisme, au nom du Christ). || Ministre du Seigneur, de J√©sus-Christ, de l'√Čvangile, de la religion, du culte, des autels‚Ķ ‚áí Eccl√©siastique, pr√™tre (‚Üí Honneur, cit.¬†107; impr√©cation, cit.¬†2). || L'aum√īnier, ministre du culte dans une communaut√©. ‚ÄĒ Sp√©cialt. Liturgie rom. || Ministre d'un sacrement. || Le pr√™tre est ministre ordinaire du Bapt√™me, de la P√©nitence‚Ķ, le diacre, ministre extraordinaire du Bapt√™me‚Ķ || L'√©v√™que (cit.¬†5), ministre du sacrement de l'Ordre.
1 (‚Ķ) un th√©ologien enseign√© de Dieu, un pr√©dicateur apostolique, ministre non de la lettre, mais de l'esprit de l'√Čvangile¬†(‚Ķ)
Bossuet, Oraison funèbre de R. P. Bourgoing.
♦ (XVIe). || Ministre protestant. ⇒ Pasteur (→ 1. Grave, cit. 12). || Ministre luthérien, calviniste (cit. 1). Absolt. || Le ministre de tel temple (cf. Ronsard : Réponse aux injures et calomnies de je ne sais quels prédicants et ministres de Genève…).
2 (…) madame Cramer engagea un jeune Genevois, qui étudiait pour être ministre protestant, à venir chaque soir, expliquer la Bible à elle et à Aniken (…)
Stendhal, Mina de Vanghel.
2 (V.¬†1120). Vx. Celui qui est charg√© d'une fonction, d'un office, celui qu'on utilise pour l'accomplissement de quelque chose. ‚áí Instrument, serviteur. || ¬ę Les officiers sont les ministres des rois, qui rendent la justice pour eux ¬Ľ (Fureti√®re). || Ministre d'une vengeance infaillible (‚Üí Expiation, cit.¬†5).
3 Depuis six mois entiers j'ai cru que nuit et jour
Ardente elle veillait au soin de mon amour;
Et c'est moi qui du sien ministre trop fidèle,
Semble depuis six mois ne veiller que pour elle (…)
Racine, Bajazet, IV, 4.
‚ô¶ Fig., vx. || ¬ę Les foudres, les pestes¬†(‚Ķ) sont les ministres de la vengeance de Dieu ¬Ľ (Fureti√®re). ‚ÄĒ Polit. || ¬ę Le gouvernement n'est que le ministre du souverain ¬Ľ (‚Üí Ex√©cutif, cit.¬†1, Rousseau).
REM. Dans ce sens, on rencontre ministre au f√©m., chez Bossuet¬†: ¬ę Ses principales ministres (de la justice), la constance, la prudence et la vertu ¬Ľ, et chez Racine (Bajazet, IV, 4).
‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ
II (XVIIe). || Ministre d'√Čtat, et, absolt, ministre.
1 N.¬†m. Anciennt (et hist.). ¬ę Chef d'un grand service public permanent ¬Ľ (Olivier-Martin). || Louvois, ce grand ministre (‚Üí Centre, cit.¬†21). || Le premier ministre Fleury (‚Üí Hypocrisie, cit.¬†4). || Le roi et son ministre (‚Üí Lit, cit.¬†11), et ses ministres (‚Üí Force, cit.¬†30). || Ministre favori (‚Üí Autorit√©, cit.¬†11). || Ministre dans l'ancien empire ottoman. ‚áí Vizir.
4 Que d'amis, que de parents naissent en une nuit au nouveau ministre !
La Bruyère, les Caractères, VIII, 57.
5 Le roi avait perdu son premier ministre. Il choisit Zadig pour remplir cette place… (Zadig) se mit à exercer son ministère de son mieux. Il fit sentir à tout le monde le pouvoir sacré des lois, et ne fit sentir à personne le poids de sa dignité. Il ne gêna point les voix du divan, et chaque vizir pouvait avoir un avis sans lui déplaire.
Voltaire, Zadig, VI.
6 (…) la place de Ministre fait d'un homme un tout autre homme (…)
Mirabeau, in Barthou, Mirabeau, XIV.
2 N. (1611). Mod. Agent sup√©rieur du pouvoir ex√©cutif; homme d'√Čtat plac√© √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel ou minist√®re. ‚áí Secr√©taire (secr√©taire ou sous-secr√©taire d'√Čtat). || Fonction de ministre. ‚áí Minist√®re (II., 4.), portefeuille. || Ensemble des ministres. ‚áí Cabinet, gouvernement (cit.¬†34), minist√®re (II., 2.). || R√©union des ministres en Conseil de cabinet. ‚áí Conseil. || D√©cret pris en Conseil des ministres. || Le pr√©sident du Conseil et les ministres (‚Üí Investir, cit.¬†5). || Le banc des ministres, dans une assembl√©e parlementaire. || Interpeller un ministre. ‚áí Interpellation. || Contre-seing des ministres. ‚ÄĒ Les ministres administrent et gouvernent (cit.¬†42). || Cabinet, secr√©tariat du ministre. || Circulaire, d√©cision √©manant du ministre. || Sous le couvert, la responsabilit√© du ministre. || Monsieur le ministre. ‚ÄĒ √ätre, devenir, redevenir ministre (‚Üí √Čchelon, cit.¬†2; √©clore, cit.¬†2; fili√®re, cit.¬†2). || Monsieur X‚Ķ, ancien ministre. || Nomination, d√©mission, r√©vocation d'un ministre. || Mise en accusation d'un ministre devant la Haute (cit.¬†39) Cour. ‚ÄĒ Sp√©cialt. || Ministre des Affaires √©trang√®res, de l'√Čducation (grand ma√ģtre de l'Universit√©), des Finances (cit.¬†2; ‚Üí fam. Grand argentier), de l'Int√©rieur (cit.¬†12)‚Ķ || Son Excellence le ministre‚Ķ
♦ (1747, Voltaire). || Premier ministre : en régime parlementaire, Chef du gouvernement, nommé par le président de la République.
♦ Au Canada, Chef du gouvernement et chef du Conseil des ministres (chef du parti politique majoritaire à l'Assemblée nationale, ou d'une coalition). ⇒ Premier (anglicisme).
‚ô¶ ‚ėĎ (1835). Ministre sans portefeuille¬†: membre du cabinet qui n'est pas √† la t√™te d'un d√©partement minist√©riel. ‚ÄĒ (Fin XVIIe). || Ministre d'√Čtat¬†: ministre sans portefeuille faisant partie d'un gouvernement pour des raisons d'ordre politique. || Ministre anglais des Finances (cf. Chancelier de l'√Čchiquier).
7 Les ministres¬†(‚Ķ) 1o¬†(‚Ķ) pr√©parent et contresignent les d√©crets; 2o¬†(‚Ķ) assurent la direction des services g√©n√©raux relevant de leur d√©partement¬†(‚Ķ) C'est donc¬†(‚Ķ) le ministre qui ordonnance les d√©penses, g√®re les biens faisant partie du domaine de l'√Čtat, passe les contrats et les march√©s¬†(‚Ķ) 3o¬†Ils ont¬†(‚Ķ) le pouvoir hi√©rarchique et le pouvoir disciplinaire¬†(‚Ķ) 4o¬†Ils exercent la tutelle administrative¬†(‚Ķ) sur les autorit√©s d√©partementales et communales; 5o¬†Ils jugent dans certains cas peu nombreux.
Louis Rolland, Précis de droit administratif, §192, éd. Dalloz, 1951.
8 Le Président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur la proposition du Premier Ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions.
Le Premier Ministre dirige l'action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense Nationale. Il assure l'exécution des lois (…) Il peut déléguer certains de ses pouvoirs aux ministres (…)
Les actes du Premier Ministre sont contresignés, le cas échéant, par les ministres chargés de leur exécution.
Constitution de 1958, art. 8, 21 et 22.
Ministre, n.¬†m., s'emploie aussi en parlant d'une femme. Mme X est ministre, est le ministre de‚Ķ ‚áí Ministresse (2.). ‚ÄĒ Au Qu√©bec, l'O. L. F. recommandait le f√©minin une ministre d√®s le 6¬†juil. 1979. En France, la, une ministre est devenu usuel en 1997-1998, avec le gouvernement Jospin.
‚ô¶ (1931). Par appos. || Bureau ministre¬†: bureau de grande taille, √† tiroirs lat√©raux. || Des bureaux ministres. ‚ÄĒ Papier ministre, de format officiel (0,22¬†m√ó0,34¬†m).
3 N. Dr. internat. Agent diplomatique de rang imm√©diatement inf√©rieur √† celui d'ambassadeur et charg√© de repr√©senter son gouvernement √† l'√©tranger. || Le ministre est √† la t√™te d'une l√©gation. || Ministre pl√©nipotentiaire (‚Üí Archive, cit.¬†4). ‚ÄĒ Ministre r√©sident¬†: agent de la troisi√®me classe (apr√®s les ministres pl√©nipotentiaires et avant les charg√©s d'affaires). ‚Üí L√©gation, cit.
9 (…) de secrétaire d'ambassade que j'étais à Rome, le premier consul m'avait nommé ministre plénipotentiaire au Valais.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 158.
♦ Vx. Tout envoyé, tout représentant d'un gouvernement étranger, ambassadeur.
10 (…) les sages ministres des Cours étrangères, qui le trouvent (Louis XIV) aussi convaincant dans ses discours que redoutable par ses armes.
Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche.
‚ĚĖ
D√ČR. Ministrable, ministresse.
COMP. Sous-ministre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ministre ‚ÄĒ MINISTRE. s. m. Celuy dont on se sert pour l execution de quelque chose. En ce sens il n a guere d usage que dans les choses morales. Estre le ministre des passions d autruy. le ministre de sa colere. les demons sont les ministres de la vengeance ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • ministre ‚ÄĒ et serviteur, Minister. Ministre des choses divines, Pontifex ‚Ķ   Thresor de la langue fran√ßoyse

  • ministre ‚ÄĒ MINISTRE: Dernier terme de la gloire humaine ‚Ķ   Dictionnaire des id√©es re√ßues

  • ministre ‚ÄĒ ministre, trele obs. ff. minister, minstrel ‚Ķ   Useful english dictionary

  • ministre ‚ÄĒ (mi ni str ) s. m. 1¬į¬†¬†¬†Celui qui est charg√© d une fonction, d un office ; celui dont on se sert pour l ex√©cution de quelque chose. ‚Äʬ†¬†¬†Voici ce qu elle √©crit au ministre de ses charit√©s, BOSSUET Anne de Gonz.. ‚Äʬ†¬†¬†Un th√©ologien enseign√© de Dieu ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • Ministre ‚ÄĒ Pour les ministres dans le culte Protestant, voir Minist√®re (protestantisme). Pour la pi√®ce (aussi appel√©e √©l√©phant) du jeu Xiangqi (jeu d √©checs chinois), voir Xiangqi. Un ministre est un agent du pouvoir gouvernemental qui est √† la t√™te d un… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ministre ‚ÄĒ ¬†¬†¬†¬† ¬†¬†¬†¬†BONAPARTE (Napol√©on) ¬†¬†¬†¬†Bio express : Premier consul √† vie puis empereur des Fran√ßais (1769 1821) ¬†¬†¬†¬†¬ęJe regarde les savants et les hommes d esprit comme des coquettes : il faut les voir, discuter avec eux, mais ne pas prendre plus les ‚Ķ   Dictionnaire des citations politiques

  • MINISTRE ‚ÄĒ s. m. Celui dont on se sert pour l ex√©cution de quelque chose. Dans cette acception, il n est gu√®re usit√© qu au sens moral. √ätre le ministre des passions d autrui, le ministre de ses volont√©s, de ses vengeances. MINISTRE, se dit plus… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MINISTRE ‚ÄĒ n. m. Celui qui exerce un minist√®re religieux. Les ministres de Dieu, de la parole de Dieu, de J√ČSUS CHRIST, de l‚Äô√©vangile, de la religion. Les ministres des autels. Dans la religion luth√©rienne et calviniste, Ministre du saint √©vangile ou de la… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Ministre ‚ÄĒ ¬†¬†¬†Droit constitutionnel: membre du minist√®re ou du Gouvernement ¬†¬†¬† ministre √† portefeuille : ministre charg√© d un d√©partement minist√©riel ¬†¬†¬† ministre d√©l√©gu√© : ministre ayant re√ßu d√©l√©gation du Premier Ministre pour g√©rer sous son autorit√©… ‚Ķ   Lexique de Termes Juridiques


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.